Dtoure-Bosmans-PNG

Élever des bovins et peindre des tableaux sont deux fonctions rarement conciliables. Pour le peintre-paysan André Bosmans (1922-2014), les mener de front était une question de survie. Ses tableaux expriment de manière juste et sensible l'essence même de la civilisation paysanne ardennaise. Fenêtres ouvertes sur le monde ancien, ils révèlent une vie simple, ordonnée par le rythme lent des saisons, les codes et les traditions religieuses, une vie articulée autour des comportements collectifs et solidaires, une autosubsistance en équilibre avec une nature pourtant si peu généreuse.

Sous la plume principale de Guy Leyder, agriculteur, le présent ouvrage s'est donné pour objectif de situer l'œuvre et le regard d'André Bosmans dans le contexte général de l'évolution de la société rurale et de l'accélération tant prodigieuse qu'inquiétante qu'elle connaît dès les années 50', sonnant la fin de la paysannerie ancestrale et ouvrant la voie à l'agro-industrie.

Avec les contributions de José Bové, René Collin, Guy Gilquin, Guy Leyder et Paul Mathieu, cet ouvrage du Musée en Piconrue sort du cadre traditionnel de l'histoire et de l'ethnologie. Ses approches plurielles permettent de nuancer notre regard sur l'Ardenne et sa culture populaire, mais aussi sur notre société actuelle.

Vous l'avez compris : ce nouveau livre (264 pages) sur l'œuvre et le regard de l'agriculteur ardennais (plus de 200 tableaux) remet magnifiquement le lecteur dans le contexte général de l'évolution de la société rurale et de son accélération à partir de l'après-guerre vers l'agro-industrie aujourd'hui bien implémentée.